Communiqué de presse

« La citoyenneté s’acquiert par du concret et des expériences enracinées dans le vécu des élèves »

0
231
2015 / 09 / 09

« La citoyenneté s’acquiert par du concret et des expériences enracinées dans le vécu des élèves »

Bruxelles, le 9 septembre 2015,

Le Conseil de la Jeunesse en son Assemblée générale du 27 juin 2015 a voté, selon les règles fixées par son décret, un avis officiel sur le service citoyen. Cet avis fait suite à un travail de plusieurs mois de consultation et de réflexion du Conseil dela Jeunesse et dont la genèse remonte à février 2015 où la question de la citoyenneté chez les jeunes a refait surface. En cette rentrée, le sujet reste encore et toujours d’actualité.

En effet, selon le monde politique, la citoyenneté semblerait faire défaut chez les jeunes. L’identification de ce déficit de citoyenneté reste cependant floue et le Conseil dela Jeunesse s’étonne d’un tel constat.

La source de ce questionnement est multiple. Serait-ce un supposé manque de connaissances des droits et devoirs du citoyen ? Une détérioration du vivre-ensemble ? Un manque de mixité sociale et culturelle ? Une difficulté à se reconnaitre dans les institutions publiques et dans les politiques censés représenter le citoyen? Une chose est indéniable pour cette dernière : c’est bien aux politiques de remettre ses pratiques en question pour se rapprocher des citoyens et non l’inverse.

Ce qui est certain, c’est que le Conseil dela Jeunesseest quotidiennement témoin de l’investissement des jeunes au sein de la société civile que ce soit dans des organisations de jeunesse, des asbl ou encore dans des organes participatifs au sein de leurs écoles. Le véritable moteur que les jeunes constituent dans le monde associatif est incontestable. L’élan de solidarité face à la crise migratoire en est le dernier témoignage.

Par ailleurs, deux propositions sont sous les feux de l’actualité, le Service Citoyen volontaire (SCV) et l’éducation à la citoyenneté.

Le Service Citoyen Volontaire est présenté comme la clé qui permettrait d’ouvrir les yeux des jeunes sur la citoyenneté.  Le CJ est loin de nier que le volontariat et les expériences de citoyenneté sont bénéfiques. Cependant, des structures existent déjà (organisations de jeunesse, centres de jeunes, maisons de jeunes) et ont pour objectifs de former des CRACS (Citoyens Responsables, Actifs, Critiques et Solidaires). Ces associations voient constamment leur financement raboté, est-il dès lors indispensable de financer un nouveau projet ?

D’un autre côté, il a été beaucoup question du « cours de citoyenneté » et de l’EPA. Le Conseil de la Jeunesse a toujours été favorable à l’apprentissage de la citoyenneté. Il rappelle cependant qu’un décret de 2007 invitait déjà les écoles à développer cet axe de formation auprès des jeunes. Mais sur le terrain, les initiatives sont restées modestes, faute de moyens. Tout en continuant à attendre une évaluation de ce décret, le CJ se réjouit d’une circulaire récente de la Ministre de l’Enseignement (n°5377) qui appelle les écoles à créer des projets citoyens de manière structurée et subsidiée. Il faut en effet rappeler que la citoyenneté ne s’acquiert pas uniquement via une approche théorique, mais aussi au sein d’activités concrètes, enracinées dans le vécu des élèves.

En conclusion, le CJ propose donc de renforcer l’existant, qui fait déjà du très bon travail dans ce domaine mais aussi de favoriser les ponts entre les secteurs de l’éducation non-formelle et celui de l’éducation formelle pour que des projets via des partenariats soient mis en place et que l’école devienne un lieu où l’on apprendra la citoyenneté en la vivant.