ActualitésPlateforme international

Prise de parole à l’AG des Nations unies : le Forum à la 3e Commission

0
746
2022 / 09 / 30

Notre déléguée ONU pour la Jeunesse, Mathilde, est à New York pour représenter les jeunes belges francophones à l’Assemblée générale des Nations unies. Le 29 septembre 2022, elle a tenu un discours avec son homologue flamande Maïté devant la 3e Commission, qui traite des questions sociales, liées aux affaires humanitaires ou aux droits de l’Homme.

Ensemble, elles ont présenté les priorités de la jeunesse belge : l’égalité des genres, l’éducation et la santé mentale.

Voici leur discours ! Il peut aussi être visionné ici.

Mathilde

Monsieur le Président,

Cher/e/s jeunes, 

Aujourd’hui, nous prenons la parole au nom de la jeunesse belge. Cette intervention, qui se concentre sur l’égalité des genres, l’éducation et la santé mentale, est le reflet des préoccupations actuelles de la jeunesse, en Belgique mais aussi ailleurs.

2651 jours – c’est ce qui nous sépare de 2030, échéance fixée pour la mise en œuvre du Programme de développement durable à l’horizon 2030 et de ses 17 objectifs de développement durable. Et deux choses sont certaines. 

La première, c’est que pour y arriver, le monde a besoin de nous, le monde a besoin de la jeunesse. C’est pour cela qu’on se tient devant vous aujourd’hui. Parce que la jeunesse doit faire partie des solutions pour atteindre nos objectifs. Mais à l’heure où je vous parle, cette jeunesse est en souffrance aux 4 coins du monde. En souffrance car vivant dans des zones de guerre et de conflits, en souffrance car face à un déni de droits humains fondamentaux comme l’éducation, mais aussi en souffrance car en manque d’égalité. 

Ce qui m’amène à la deuxième certitude, qui est qu’un des objectifs de développement durable est central pour atteindre tous les autres: l’égalité des genres ainsi que l’autonomisation de toutes les femmes et de toutes les filles à travers le monde. Il ne peut y avoir de réels progrès sans ça. Et pour atteindre cette égalité, l’éducation joue un rôle clé, comme nous le rappelle le récent sommet sur la transformation de l’éducation. Un des derniers rapports des Nations Unies nous alerte qu’au rythme où évolue la situation actuellement, il faudra probablement près de 300 ans pour atteindre l’égalité des genres. Monsieur le Président, nous n’avons pas 300 ans devant nous. 

Sans investissements et engagements sérieusement accrus, nos objectifs ne seront pas atteints d’ici 2030 et pourraient ne jamais être atteints. Les solutions existent, et nous les connaissons. C’est pourquoi nous besoin de vous, de votre engagement et de votre soutien politique mais également financier pour atteindre l’égalité, notamment en garantissant une éducation de qualité pour toutes et tous. Le moment est venu de se réunir en tant que communauté mondiale, avec la jeunesse.  

Maïté

Next to gender equality, mental health is also a shared concern among Belgian youth, but not only. ‘Mental health and wellbeing’ has been set as the 5th European youth goal and according to the World Health Organization, it is key to increase the ability of young people to deal with mental health issues. 

A good mental wellbeing enables people to cope with the stresses of life, realize their abilities, learn well, work well and contribute to their community. Mental health and wellbeing is interwoven in all facets of society. For example, many young people are anxious or stressed because they cannot achieve unrealistic goals or they are worried about their insecure future. And the global Covid-19 pandemic and the aftermath of this crisis did not help. Living in a time with many challenges, calls for an urgent approach to improve the mental health of young people! 

Next to the challenges we face, we also live in a more and more digitalised world. The result being that while people might deduce from social media that young people are living a perfect life, the actual situation is different.  Indeed, it further isolated children and put more pressure on the youth to still cope with their duties, even in the middle of a pandemic. 

Surveys conducted by Belgian youth councils show that this topic is vibrant among young people and that they want to get rid of the taboo around mental health. Our recommendations for you as policymakers are:

  • focus on prevention measures 
  • provide more tailormade and easy accessible assistance without long waiting times 
  • pay more attention on the impact of social challenges on the wellbeing of young people and in particular to vulnerable target groups
  • equip young people with knowledge and teach them the required skills for a better mental wellbeing
  • support youth workers and teachers so that they steer young people on their journey 

Today, we are together in New York where we can look back and admire the efforts made on social development in the past decades. But there is still a long way to go. So dear policymakers, working on wellbeing and mental health today as well as working towards achieving gender equality together with us, the youth, is the best human investment into the future you can make. 

Thank you.