ActualitésNOS PROJETSPlateforme international

Le Forum des Jeunes se mobilise pour la biodiversité !

0
1.1k
2021 / 05 / 20

Le 22 mai, nous célébrons la Journée internationale de la biodiversité, l’occasion pour nous de revenir sur une nouveauté du Forum des Jeunes pour cette année 2021: le mandat de délégué ONU pour la biodiversité. Alors concrètement, qu’est-ce que ça veut dire ? Nous sommes partis à la rencontre de Lino qui nous éclaire sur ce nouveau mandat. 

Un délégué ONU pour la biodiversité, pour quoi faire ? 

J’ai récemment été sélectionné par le Forum des Jeunes pour porter la voix des jeunes belges francophones sur la scène internationale concernant les matières liées à la biodiversité. Cela nous permet d’être actifs dans les négociations internationales (notamment dans le cadre de la COP Biodiversité), via le réseau international GYBN (Global Youth Biodiversity Network). Et peut-être un jour intégrer officiellement la délégation belge chargée de ces questions…

Peux-tu nous en dire un peu plus sur GYBN ?

En 1992, le Sommet de la Terre de Rio marque la signature de la Convention sur la diversité biologique (CDB). Vingt ans plus tard, le Secrétaire général aux Nations Unies demande que les jeunes soient mieux entendus et intégrés dans les différents processus de décisions, notamment au niveau des COP (Conférence des Parties). 

C’est donc en 2012 que la volonté des jeunes à participer aux efforts de protection de la biodiversité se concrétise au travers de la création de GYBN (Global Youth Biodiversity Network). Ce réseau, composé de jeunes du monde entier, permet de créer des synergies entre divers acteurs (organisations, communautés ou individus), de partager des expériences concrètes concernant la biodiversité et sa protection un peu partout dans le monde et aussi de préparer certaines contributions en vue des processus liés à la CDB. 

GYBN vulgarise les informations et a pour objectif d’expliquer des processus institutionnels complexes, tels que les négociations internationales et les COP (les enjeux, les procédures et les plans stratégiques liés à la Convention sur la diversité biologique).  

En ce moment, GYBN réalise un travail conséquent de suivi des négociations en cours concernant la COP15, ce qui est un véritable casse-tête, honnêtement! Au-delà de ça, GYBN a aussi un statut spécial qui lui permet d’intervenir directement durant les négociations des parties (quand l’agenda prévu est respecté, ce qui n’est pas toujours le cas), afin de pointer certaines faiblesses des textes négociés par rapport aux revendications que nous, les jeunes, avons exprimées.

Tu as parlé de COP15, en quoi cette année est-elle importante ? 

Cette année 2021 offre de nombreuses occasions de célébrer la biodiversité. La quinzième réunion de la Conférence des Parties (COP 15, octobre 2021) à la Convention sur la diversité biologique (CDB) se penchera sur le déroulement et les résultats de la mise en œuvre du Plan stratégique 2011-2020 pour la diversité biologique. Comme vous pouvez le remarquer, ce Plan stratégique touche à sa fin ! Et le constat partagé mondialement n’est pas reluisant… En effet, avec ce Plan, des objectifs mesurables avaient été définis afin de protéger la biodiversité et de la restaurer. C’est ce qu’on appelle les objectifs d’Aïchi. Or, l’évaluation rétrospective entre les déclarations et les résultats est médiocre. Il s’agit donc de mettre la pression pour un cadre post-2020 qui soit à la hauteur : des objectifs congruents avec les savoirs scientifiques actualisés, des indicateurs pertinents afin de mesurer au mieux la situation et les actions prises, des incitations et des sanctions financières ou autres servant les objectifs définis, etc. Il s’agit, notamment, de décider du renforcement des capacités et de la mobilisation des ressources pour ce faire. Le but étant d’avoir un Plan stratégique post-2020 solide. 

Et concernant la COP15, où en sont les négociations ?

Au stade de la négociation pure et dure justement ! En gros, il y a deux dimensions cruciales : que faire ? Et comment le faire ? 

C’est ce qui est appelé SBSTTA (Subsidiary body on scientific technical and technological advice) et SBI (Subsidiary body on implementation). 

D’un côté : que nous disent les scientifiques? Et que faut-il établir comme objectifs afin de cesser la destruction de la biodiversité mais aussi pour la renforcer ? De l’autre : comment faire en sorte d’implémenter ces objectifs, de les rendre concrétisables et mesurables ? 

Les mois de mai et de juin sont ponctués par ces négociations. Ensuite, il restera une étape supplémentaire afin d’avoir une version finalisée d’un texte en vue de la COP15 qui doit se tenir à l’automne en Chine. Lors de cette étape, les dernières virgules seront ajoutées pour finalement avoir la signature des parties. Les gros sujets à l’agenda concernent, entre autres, la biodiversité et l’agriculture, la biodiversité marine, le programme de travail de l’IPBES (l’équivalent du GIEC pour la biodiversité), les espèces invasives ou encore les risques liés aux OGM.

Quel est le point de vue “jeune” qui y est défendu ? 

GYBN défend différentes positions à ces négociations. Une position assez récurrente qui est défendue est le besoin d’une éducation à la hauteur des enjeux contemporains, qui peut s’avérer être un levier d’action puissant, surtout pour nous, les générations du futur! 

Une autre dimension sur laquelle GYBN met clairement l’accent est le respect des droits humains et autochtones. En lien avec les communautés indigènes, GYBN soutient fortement l’intégration de leurs savoirs à la construction de nos connaissances en matière de dynamiques du vivant. Ces personnes vivent en effet au contact rapproché de la nature en permanence, et elles sont donc des sentinelles précieuses avec qui il s’agit de travailler de manière inclusive et horizontale. Nous devons éviter à tout prix d’établir des liens de domination entre une “vraie” science occidental et les savoirs indigènes. 

Enfin, pour ne citer que cela comme exemple final, GYBN souhaite que soient clarifiés certains mécanismes qui seront censés servir les objectifs établis. C’est le cas de ce qui est appelé “Nature based solutions”. L’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) les définit comme suit : des actions visant à protéger, à gérer durablement et à restaurer les écosystèmes naturels et modifiés de manière à relever les défis sociétaux de façon efficace et adaptative, afin d’assurer à la fois le bien-être humain et des bénéfices pour la biodiversité

Mais attention, car cette définition assez large n’est pas du tout consensuelle ! Ainsi, des États ou des entreprises utilisent et réarrangent ce terme à leur sauce pour postposer toujours plus la sortie des énergies fossiles.

Un petit mot de la fin ? 

Cette année est cruciale pour la biodiversité : il est temps d’acter notre responsabilité envers les vivants non humains, et nous rendre compte des interdépendances et des ressources, autres qu’économiques, que représente la nature pour tous les humains. J’espère pouvoir apporter ma pierre à l’édifice dans ce sens, tant au niveau de GYBN qu’au niveau de la Belgique ! 

Tu souhaites avoir plus d’informations sur notre action? Contacte Louise (louise.lebichot@cfwb.be) ou Lino (biodiversity.UN@forumdesjeunes.be)

Tu as envie d’aller plus loin ? 

CBD in a nutschell 

Articles rédigés par la Team Climat du Forum des Jeunes :