ActualitésPlateforme international

Le Forum des Jeunes à la 9e conférence ministérielle Environment for Europe

0
705
2022 / 10 / 13

Le Forum des Jeunes était présent à la 9e conférence ministérielle Environment for Europe « Efe » organisée par UNECE (04-07 octobre 2022 – Nicosie).

Aurèle, délégué ONU Climat au Forum des Jeunes, s’est rendu à Nicosie du 4 au 7 octobre 2022 pour faire entendre la voix des Belges francophones auprès de l’UNECE (United Nations Economic Commission for Europe). 

9ème conférence ministérielle « Environment for Europe », de quoi s’agit-il ?

La conférence « Environnement for Europe » rassemble une série de partenaires autour de la table afin de concevoir un format de collaboration unique entre États. Cette plateforme permet d’échanger, de décider, et de se joindre aux efforts consacrés aux priorités environnementales et aux initiatives de développement durable

Cette 9e édition de « Efe » s’inscrit dans un cycle de conférences organisées tous les 5 ans ; la dernière édition s’était tenue à Batumi (Géorgie) en 2016. Celle-ci a rassemblé pas moins de 1000 participants, dont des délégations nationales, des représentants européens, des organisations internationales de chercheur·euse·s ainsi que des organisations non gouvernementales (ONG), et c’est sous cette dernière casquette que j’ai pris part à la conférence.

L’objectif premier de cette conférence porte sur l’adoption d’une déclaration ministérielle affirmant les engagements des pays membres quant à la mise en œuvre d’une économie verte et du déploiement d’infrastructures durables. Un accent a été sensiblement posé sur l’importance de promouvoir une éducation pour le développement durable (ESD) et l’implémentation d’accords environnementaux multilatéraux.

Qu’es-tu es allé faire à Nicosie ?

UNECE a fait de la participation des jeunes une priorité de la conférence. C’est pour cette raison qu’accompagné du délégué ONU climat et développement durable du Vlaamse Jeugdraad, Simon Sterck, je me suis rendu à Nicosie afin de représenter la jeunesse belge francophone.

L’emphase sur l’éducation au développement durable s’inscrivait parfaitement dans la réflexion menée par le Forum des jeunes quant à la place accordée à l’environnement dans les programmes académiques. La conférence présentait dès lors une belle opportunité pour prendre connaissance des réflexions et cadres légaux mis en œuvre au niveau onusien sur cette thématique.

Nous avons pu échanger sur l’importance d’une participation significative des jeunes dans les processus démocratiques avec d’autres associations de jeunes présentes telles que les Scouts ou Youpan, lesquelles furent représentées par leurs membres provenant des quatre coins d’Europe.

Déçu·e·s que les décideurs et décideuses politiques parlent à nouveaux des jeunes en omettant de leur laisser l’espace pour qu’ils s’expriment, nous avons pris l’initiative avec d’autres jeunes d’organiser un side-event, consacré à l’intégration des jeunes dans les processus décisionnels, auquel étaient invitées toutes les délégations présentes. Au terme de cette réunion, afin de souligner une nouvelle fois l’importance d’intégrer les futures générations dans les processus démocratiques, nous avons rédigé un plaidoyer qui a été lu en fin de séance plénière du dernier jour de la conférence. 

Quelles ont été vos conclusions ?

Nous inviter, c’est bien, nous donner la parole aux prochaines conférences c’est mieux, voire indispensable de nos jours.

A titre personnel, il s’agissait de la première conférence onusienne à laquelle je fus convié. Après quelques jours de réflexion, je dresse un constat partagé. D’une part, l’expérience m’a offert l’opportunité de mieux appréhender les processus onusiens. D’autre part, le bilan est moins réjouissant quant à mon impact sur place. En effet, aucun espace n’est prévu pour libérer la parole des jeunes. Les représentants politiques soulignent l’importance de l’intégration des jeunes dans ces processus de décision. Si les procédures onusiennes ne permettent pas d’accorder plus de temps de paroles aux jeunes, exerçons une pression ensemble pour en modifier le contenu stipulant explicitement ce que nous entendons par une participation significative des jeunes : un quota minimum de jeunes, des infrastructures de qualité pour les accueillir, leur accorder des responsabilités etc.